1 / 3
Extravagant

Betty Bone
Paru en 2016 chez Ed. Courtes et longues Paris

C'est l'histoire d'un oeil, d'une main et de son gant, mais aussi d'une oreille, d'une bouche et d'un nez. Tout commence lorsqu'un soir, une araignée vient retirer tout doucement le gant de la main. Au matin, la confusion règne, l'oeil ne reconnaît plus rien. A la place de la main gantée, il y a une chose et un truc. C'est à n'y rien comprendre. Qu'est ce que c'est que ce truc, et cette chose ? Où est passé le gant ? Le nouvel album de Betty Bone est tout simplement extraordinaire. Magritte n'est pas très loin, Oliver Sacks non plus. Et les couleurs sont de véritables personnages, donnant naissance à la magie. L'idée de l'album est venue à Betty Bone la suite de la lecture de L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau de Oliver Sacks.

2 / 3
La Nuit

Betty Bone
Paru en 2005 chez Ed. du Rouergue Rodez

Un jeu d’image pour déjouer les peurs de la nuit. Betty Bone présente un album noir et blanc, proche du théâtre d’ombre où les traces et les pas sont partout présents. On suivra Ali qui, la nuit, part fait un tout dans la neige. Là des bruits furtifs, ici des grognements, éveillent l’attention et inquiètent. Le jeune lecteur pourra ainsi suivre les pérégrinations du personnage et découvrir sur la même page ce qui lui fait peur. Un jeu autour de l’image et des sens, autour de la nuit et de ce qui est caché.

3 / 3
Camping

Joanniez, Sébastien et Bone, Betty
Paru en 2014 chez Sarbacane Paris

Des chemins de campagne, un océan de triangles, des nombrils qui cuisinent à la fenêtre des caravanes : bienvenue au camping, vu par un garçonnet en vacances avec son père. Les nouveaux amis, le voisin qui écoute la radio, l'impression d'être allongé sous un chapeau. Et puis le réveil entortillé dans le sac de couchage, les chaussures pleines de pluie, les bêtes qui piquent les fesses et celles qui chipent la confiture : que des bons souvenirs !