1 / 5
Nelson Mandela, l'oeil et le mot

Mandela, Nelson et Wilson, William
Paru en 2001 chez Mango jeunesse Paris dans la collection L'Oeil et le mot


2 / 5
365 contes des pourquoi et des comment

Bloch, Muriel et Wilson, William
Paru en 1997 chez Galerie Daniel Maghen Paris

Pour ne pas laisser sans réponse des questions aussi essentielles que « pourquoi les éléphants ont une trompe » ou « pourquoi la mer est salée », une anthologie de presque 365 contes choisis parmi les légendes du monde entier et qui témoignent de la prodigieuse richesse des récits étiologiques.Un livre à emporter partout pour ne jamais être pris au dépourvu : une question est si vite arrivée !

3 / 5
Balthazar au jardin

Jarry, Isabelle et Wilson, William
Paru en 2007 chez Gallimard Jeunesse Paris dans la collection Giboulées

Bonjour, je m'appelle Balthazar. Je vous emmène visiter mon jardin. Si vous aimez la nature, venez découvrir les plantes, les animaux et les habitants de la mare. Avec moi, vous apprendrez à planter, à semer, à construire une cabane, à observer et à reconnaître les insectes, les fleurs et les oiseaux. Vous vous régalerez de tartes et de confitures. S'il pleut, mettez vos bottes, s'il fait beau, un chapeau. Et prenez un panier, on ne sait jamais ... Maintenant, suivez-moi !

4 / 5
Les Proverbes du crocodile

Wilson, William et Kacem, Nejib Belhadj
Paru en 2004 chez Galerie Daniel Maghen Paris

Un graphisme original avec des personnages comme sortis d'un livre d'enfant, plein de couleurs et de formes sur des doubles-pages au fond noir pour entendre des petites phrases pleines de bon sens et d'humour. "Ce que veut le coeur met les jambes en marche" ou encore " Jette un chanceux à la mer, il en ressortira un poisson dans la bouche", autant de proverbes sortis de la gueule d'un crocodile qui ouvrent la voie à la méditation.

5 / 5
L'Océan noir

Wilson, William et Clément, Catherine
Paru en 2009 chez Gallimard Jeunesse : Giboulées Paris

«L'Océan noir» retrace l'histoire des hommes noirs, qu'ils soient puissants rois africains ou actifs marchands d'esclaves, captifs emmenés vers le continent américain et transportant avec eux leur culture et leurs traditions, nègres marrons enfuis dès leur arrivée et se cachant dans la forêt avec la complicité des Indiens, élites éduquées de la cour du royaume Mina, Noirs américains se rassemblant sous la bannière pacifiste de Martin Luther King ou celle, plus offensive, des Black Panthers, musiciens noirs, artistes noirs, peuple noir.Pour raconter cette extraordinaire odyssée, William Wilson choisit la pratique séculaire de «l'appliqué», art traditionnel de la cour du Bénin. Il réalise, avec la complicité des maîtres tenturiers toujours en activité à Abomay, au Bénin, dix-huit grandes tentures de coton, comme autant de moments clé de l'histoire d'un peuple qui est aussi celle de la traversée de l'Océan noir.